Une maison feng-shui

Anne de Kinkelin
Une maison feng-shui


Plutôt que de rêver sa maison, Laurence Dujardin l’a pensée puis, pas à pas, réalisée. Elle raconte, de la réflexion au chantier, cette année de travaux qui a vu sortir de terre son habitat coup de cœur.



Laurence n’est pas du genre à renoncer à ses envies. Cette ancienne communicante pensait ce projet de maison bien-être depuis plusieurs années. « Le projet était déjà là en 2004, à cette époque j’avais créé une société d’importation de produits en provenance d’Australie. J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce pays et je m’en suis d’ailleurs inspirée pour ma maison. » Fonceuse et sensible, Laurence s’initie au feng-shui. « Une découverte, une rencontre » et fait de son projet de maison son premier laboratoire. « Avec du recul, c’est allé assez vite ! J’ai commencé ma formation en 2004, l’ai achevée en 2005. Dans le même temps, nous trouvions un terrain. »

Maison de bois, âme et racine

Un terrain dans la verdure et une évidence qui s’impose : cette maison sera en bois : « en feng-shui, chaque matériau possède sa propre vibration. Le bois permet l’ouverture, la liberté. C’est bon pour les enfants et pour nous ! Nous avons travaillé autour d’une maison de forme carrée afin de contrebalancer ce premier effet. » Voilà tout l’équilibre du feng-shui, mélanger des formes, des matières à part égale dans un même lieu afin d’équilibrer les énergies yin et yang, masculine et féminine.

Vue sur le jardin Ouverte sur le jardin, la maison bénéficie des influences de tous les points cardinaux.

Laurence arpente donc les salons à la recherche de sa maison à consonance écologique. « Nous avons opté pour une technique de construction allemande assez novatrice. Cette maison bio-climatique respire naturellement. Elle s’autorégule en matière de chaleur et d’humidité. L’isolation thermique y est renforcée grâce à des panneaux de fibres de bois. On isole, et on fait des économies d’énergie. J’aimais l’idée d’une maison qui respire… » Il ne lui manque plus qu’un architecte capable de retranscrire sur le papier le plan qu’elle imagine. « Les démarches ont été longues, j’ai finalement rencontré quelqu’un intéressé par le projet d’une maison feng-shui. Nous nous sommes rencontrés sur le terrain, je lui ai parlé du cahier des charges précis en matière d’écologie, d’ouverture de la maison et des matériaux…. A la première esquisse, il avait tout compris ! » Le duo travaille sur les plans, rien n’est laissé au hasard. « C’était une vraie collaboration : même si l’aspect feng-shui lui passait au dessus de la tête ! » s’amuse Laurence. « Il a su utiliser ses qualités d’architecte afin de mener au mieux mon projet : penser les ouvertures, l’installation des pièces, les fenêtres, les coursives….tout ça c’est moi ! » Une fois le projet lancé, Laurence décide de continuer seule, « j’ai voulu gérer le chantier de A à Z, un sacré travail de 7 mois. » Nerfs solides et patience sont les mots clés pour tenir ce rythme intense, « d’ailleurs je ne le conseille à personne ! » sourit-elle. Le hasard des rencontres fait qu’elle trouve au sein de sa famille, la perle rare « un ancien chef de chantier » qui lui donne le coup de main nécessaire pour mener à bien son projet.

Impression bois Les coursives prolongent l'impression de perspective...

Décoration énergétique

Une maison feng-shui est pensée autour de neuf espaces : amour, famille, carrière…. Ces zones sont à respecter dès le plan de la maison. C’est le meilleur moyen d’obtenir un espace où les énergies positives circulent. « La maison a une superficie de 300m², elle est organisée autour d’un patio, cela permet à chacun de circuler librement. » Chaque pièce est située dans un endroit précis, « le salon en zone amour/ projet, orienté vers le sud-ouest, la chambre de ma fille à l’étage est en zone de créativité, quant à mon fils, plus réservé, j’ai installé sa chambre dans une zone favorable aux hommes, orientée vers le nord/ouest, dans l’espace carrière/force. » Les espaces sont imaginés afin d’apporter le meilleur à chacun. Les matériaux et les couleurs jouent aussi un rôle dans cette maison bien-être. Le bois est présent partout. Structure en épicéa, terrasse en ipé, pergola en mélèze, bardage en red cédar, une impression de maison anglaise renforcée par une toiture qui rappelle l’architecture des maisons anglo-saxonnes. « Nous avons ouvert la maison vers l’extérieur, elle bénéficie ainsi de toutes les influences. Les couleurs viennent soutenir une énergie ou, au contraire, adoucir un effet non désiré.
 

La cuisine Une cuisine jaune, la rondeur des fenêtres, tout donne une impression de sérénité et d'harmonie.

Notre chambre est aux couleurs de la passion, rouge avec des touches abricot. Celle de mon fils, bleu, couleur apaisante. »
Côté déco, l’Australie est présente partout, « j’aime mélanger les textiles, les supports ethniques et plus modernes. »

Le salon Vue directe sur le jardin, pieds dans l'herbe, on se détend et on respire !

Du projet papier à cette maison réelle, Laurence est allée au bout de ses ambitions. Cette expérience lui donne d’ailleurs envie de réitérer l’aventure, « pourquoi ne pas faire du conseil feng-shui auprès d’entreprise de constructions ? » Sa rentrée s’annonce d’ailleurs chargée… Des chroniques déco en télé, un livre en mars 2008 : un bonheur né d’une maison où l’on vit bien.

L'escalier L'escalier renvoie aux couleurs et matériaux de la maison

La chambre parentale Une chambre couleur passion "pour réchauffer la vie à deux" s'amuse Laurence.


chambre enfant


Plus d’infos : www.laurencedujardin.com


Source



Add your comment
  Anonymous comment
Nickname:
Password:
  Remember me on this computer

Title:
Send me by email any answer to my comment
Send me by email every new comment to this article