Des fêtes habillées d'or

Véronique Cauhapé et Véronique Lorelle
Lampe Bourgie chez Kartell, 519 euros.   D.R.

Lampe Bourgie chez Kartell, 519 euros. D.R.


C'est un classique. Chaque année, les fêtes font briller la maison de tous ses feux. Guirlandes, boules, bougies et autres accessoires éphémères de décoration donnent aux intérieurs des ambiances de conte de fées, or et argent. Noël 2007 ne déroge pas à la règle...



Mieux, il installe la tendance sur des objets et des meubles faits pour rester. Bien longtemps après que le sapin a été jeté sur le trottoir, lampes, commodes, tabourets et chaises continueront d'apporter leur touche précieuse aux différentes pièces de la maison.

Car le phénomène n'a pas attendu l'heure des réveillons pour s'imposer. Après les années zen qui glorifiaient l'épure, puis le courant ethnique qui ramena couleurs et fantaisie, le baroque a fini par refaire son apparition dans nos murs. Les textiles lourds comme le velours, les trompe-l'oeil, le rouge et l'or sont venus réchauffer les intérieurs. Par touches, ils ont apporté leur note précieuse au décor sans tomber dans le kitsch ou l'effet clinquant.

La designer Marlene Waldorf aime ainsi transformer les objets anodins en objets glamour en les habillant d'or. Son vase Stone Ware Gold (88 euros) et sa suspension Multi Ball aux sept sphères métalliques, laquées noir brillant à l'extérieur, laquées doré à l'intérieur (598 euros, chez BoConcept), traduisent l'envie de la créatrice de mettre le luxe à la portée de tous.

Avec son abat-jour plissé et son pied tout en arabesques découpé dans du polycarbonate teinté argent ou or, la lampe Bourgie de Ferruccio Laviani (chez Kartell) réinterprète de façon moderne le style baroque. Grâce à sa transparence, qui rappelle les lustres en cristal, ce luminaire marie préciosité et légèreté (519 euros).

Chez Roche Bobois, les vases Sphères en céramique, finition métal brillant ou or mat (137 euros), les soliflores Nautilus en métal doré (à partir de 70 euros), les lampadaires Chic en aluminium revêtu de feuille d'or (1 190 euros), les vases Ghiacciati en or et cristal de Murano soufflé à la bouche (550 euros)... existent tous en version argent. Ces objets, qui figurent dans le catalogue 2007-2008, tiendront parfaitement la note pour les fêtes.

Mouvement de fond lié, selon certains spécialistes, à une envie d'extravagance et de luxe décomplexé, l'or est aussi dans le pouf Tam Tam (60 euros chez Branex design), les lampes chez Habitat, les couverts chez Geneviève Lethu et Guy Degrenne, les verres à pied chez Arc, les bougies pomme d'or chez Hervé Gambs... A privilégier pour Noël et les années qui suivent.

La même envie de briller habite la mode de ce début de millénaire. L'or, autrefois réservé aux habits de fête, pénètre dans le vestiaire quotidien. Robes, jupes, leggings, trenchs et pantalons : pas une pièce vestimentaire n'échappe à cette touche d'éclat. Les sacs à main les plus "bling-bling" sortent désormais le jour comme la nuit, taillés en forme de Chamallow dans de l'agneau matelassé vieil or (Dior) ou en forme de lingot avec anses chez le couturier libanais Elie Saab.

Finies les seules "grandes occasions". L'or est devenu une couleur comme les autres, qui s'affiche sans tabou. Une teinte minérale, profonde, qui entre désormais dans la maison, pour illuminer un mur sombre, comme dans la garde-robe, pour varier du noir.

L'or apporte toute une palette de possibilités. Il apparaît liquide et miroitant sur ces escarpins entièrement baignés de lumière de Cesare Paciotti, ou sur cette longue robe bustier et son chapeau haut de forme de Vivienne Westwood. Il s'offre un aspect patiné, avec des reflets cuivrés ou rosés, sur ces sacs à bandoulière Guess ou ces ballerines de cuir métallisé de la maison Lanvin.

L'or, enfin, se fait mat et viril, se marie avec le platine, l'argent, le blanc, pour des chaussures masculines griffées de l'italien Dolce & Gabbana ou des derbys précieux du britannique Church's. Ce métal solaire se porte donc des pieds à la tête, mais jamais en "total look". Il n'y a plus aucun secteur qui échappe à cette solarisation galopante. Dernières stars de l'hiver : un vernis à ongles et un mascara tout or (respectivement 3,50 euros et 7,90 euros chez Sephora), un Backgammon en cuir doré d'Hector Saxe, fabricant spécialiste de ce jeu (450 euros, au Bon Marché Rive gauche). Et, plus démocratique : un flacon de liquide vaisselle en édition limitée (Paic Excel : 2,20 euros), qui ne se cache plus dans la cuisine...


Source



Add your comment
  Anonymous comment
Nickname:
Password:
  Remember me on this computer

Title:
Send me by email any answer to my comment
Send me by email every new comment to this article